Quel matériel pour marcher un trail ?

Marcher 100 km en moins de 30 heures est un  véritable défi, surtout pour les moins sportif·ve·s d’entre nous. Cela demande de l’entraînement bien sûr, mais également un matériel approprié. Vous trouverez dans cet article une liste de matériel à mettre dans son sac, ou à donner à ses supporter·trice·s, pour marcher dans les meilleures conditions possibles.

Et maintenant, à vos bâtons, chaussures et sac à dos, vous êtes prêt·e·s à vous lancer dans cette aventure sportive et solidaire !

Matériel obligatoire pour le Trailwalker Oxfam

La liste ci-dessous recense tout le matériel demandé pour prendre le départ du Trailwalker. Cela vous permettra de marcher dans les meilleures conditions possibles. Vous trouverez quelques conseils pour vous aider à choisir vos chaussures ou à remplir votre kit de premiers secours. 

A préparer bien en amont

  • Votre certificat médical datant de moins d’un an au départ du Trailwalker avec la mention de non contre-indication à la pratique du sport / de la marche ou course à pied en compétition. La mention de compétition est nécessaire car votre marche est chronométrée. Les licences d’athlétisme et de triathlon de l’année en cours sont également acceptées.
    Les documents sont à transmettre à Dokeop – voir procédure sur notre site internet
  • Un sac-à-dos confortable par personne pour bien répartir le poids et porter le moins possible. L’idéal serait de s’entraîner avec pour voir s’il ne vous fait pas mal et tient bien le dos. Il ne doit pas être trop volumineux. L’idée est de porter le strict nécessaire et de donner le reste à vos supporter·trice·s.
  • Une paire de bonnes chaussures. Chaussures de trail/trek ou de marche (basses ou hautes), à vous de choisir ! L’important est que vous soyez à l’aise dedans et que votre pied soit bien maintenu. De plus, les chaussures prennent du temps à se faire et à prendre la marque de vos pieds. Portez-les bien en amont et utilisez-les toute l’année durant vos entraînements. Pour le choix des chaussures, il est conseillé de prendre une pointure plus grande. En effet, les pieds ont tendance à gonfler durant la marche, et les chaussettes sont souvent plus épaisses que celles pour les chaussures de ville.
  •  Une réserve alimentaire de votre choix (barres de céréales, fruits secs…) à glisser dans votre sac à dos. Des denrées seront distribuées aux Points de Contrôle (PC) tout au long du parcours mais il peut être bien d’avoir avec soi ses en-cas préférés et auxquels vous êtes habitué·e·s. Cela vous permettra de reprendre des forces en cas de coup de mou entre deux PC.
  • Un kit de secours par équipe que vous pouvez trouver en grande surface contenant au minimum spray antiseptique, pansements prédécoupés, bande élastique, sparadrap, compresses, ciseaux, gants, crème anti-frottement, et autre produits en fonction de vos besoins et sensibilités.

Important le jour J

  •  Réserve d’eau de 1,5L minimum : à remplir à chaque Point de Contrôle. Préférez une gourde en inox, ou un thermos pour conserver votre eau fraîche toute la journée.
  • Au minimum trois téléphones portables chargés par équipe avec si possible des batteries de rechange ou des chargeurs. Vous pourrez économiser de la batterie en mettant certains téléphones en mode avion à certains moments. Mais vous devrez toujours rester joignables et pouvoir appeler en cas de problème.
  • Un gilet de sécurité de couleur jaune ou orange fluo avec des bandes réfléchissantes, pour la marche de nuit et une lampe frontale avec un jeu de piles de rechange. Ces éléments doivent être stockés dans votre sac à dos ; vous devrez les porter dès la tombée du jour afin d’être visibles par tou·te·s ! Ce matériel sera contrôlé par les bénévoles à la sortie des PC avant que vous ne repreniez votre marche.
  •  Une couverture de survie
  • Le Carnet de Route Marcheurs. Celui-ci sera distribué en version papier pour chaque équipe lors de l’enregistrement sur place le vendredi. Il contient toutes les informations nécessaires sur le parcours, les Points de Contrôle, les numéros d’urgence, etc.
  • Un GPS par équipe distribué au moment du départ le samedi afin que les organisateurs puissent veiller à votre bonne avancée et les supporters vous retrouvent au bon Point de Contrôle à votre arrivée.
Photo par Alice Donovan Rouse sur Unsplash

Matériel conseillé pour marcher un trail

Le matériel cité ci-dessous n’est pas obligatoire. Cependant, au fil des années, avec les retours des participant·e·s et nos propres expériences, nous constatons que le confort est un critère phare pour finir les 100 km plus sereinement.

Voici donc quelques articles que nous vous conseillons de prendre ou de confier à vos supporter·trice·s.  

  • Une paire de chaussures de rechange pour alterner les zones de frottement sur vos pieds et porter des chaussures plus légères sur certains tronçons. Il peut être agréable d’avoir également des chaussures de type espadrilles ou tongs pour faire respirer vos pieds lors des pauses sur les Points de Contrôle.
  • Des bâtons de marche qui peuvent vous économiser jusqu’à 20% d’énergie et qui ne sont pas fournis par l’organisation. Ils vous permettront de garder un bon équilibre et pourront vous aider dans les montées ou les descentes. N’oubliez pas de vous entraîner avec.
  • Plusieurs paires de chaussettes. Après les chaussures, elles sont un accessoire primordial pour une bonne marche. Confortables et respirantes, elles peuvent vous éviter de douloureuses ampoules et blessures au niveau des pieds. Nous vous conseillons de prévoir 2 ou 3 paires de chaussettes pour tout le Trailwalker.
  •  Des chaussettes de contentions permettent une meilleure circulation sanguine et donc une sensation de jambes moins lourdes et des pieds moins sensibles.
  • Une lunch-box ou un contenant pour la distribution du ravitaillement.
  • Des protections solaires : casquette, bob, crème solaire, lunettes de soleil, etc. et du produit anti-moustique
  • Un baume pour les lèvres
  • Du papier toilette
  • Une serviette microfibre et un maillot de bain pour se rafraîchir aux douches communes.
  • Des guêtres jambières imperméables
  • Des vêtements chauds et des vêtements de pluie. Que ce soit en Normandie ou dans le Morvan, les nuits peuvent être fraîches. Il est donc important de prévoir de quoi bien se couvrir afin de marcher et surtout de se reposer dans de bonnes conditions.
  • Des vêtements de rechange pour votre confort. Vous allez transpirer pendant cette longue marche et il est possible que vous soyez mouillé-e-s en cas de pluie. Mettre un t-shirt propre et sec apporte un plaisir non négligeable. Vous n’avez pas besoin de les porter, vos supporter·trice·s sont là pour ça donc n’hésitez pas !
  • Une petite trousse à pharmacie avec quelques médicaments en cas de besoin : paracétamol, spasfon, etc.

Vous souhaitez imprimer cette liste ou bien la conserver sur votre ordinateur ? Nous la mettons ci-dessous à votre disposition au format pdf.

Télécharger la liste du matériel

Eviter de se blesser pendant un trail

Marcher 100 km n’est pas commun. Cela représente un défi exceptionnel ! Vous pouvez être fier·e·s de l’aventure dans laquelle vous vous êtes lancé·e·s.  C’est un défi qui demande de la préparation.  En effet, notre corps n’est pas habitué à marcher de telles distances. Alors parfois, de petites blessures peuvent survenir.  

Dans cet article, découvrez nos meilleurs conseils pour arriver au bout du parcours dans les meilleures conditions. 

Préparer son corps avant de marcher un trail

Marcher le Trailwalker Oxfam est accessible à tout le monde ! En revanche, il est important de bien s’entraîner et se préparer en amont. Marchez autant que possible, courez si vous préférez, seul·e, à plusieurs, en équipe. L’important est d’habituer son corps à bouger, d’apprendre à mieux le connaître, de pouvoir reconnaître les signes de fatigue et de savoir y répondre. 

Après avoir lu notre Guide d’entraînement, vous savez que la préparation à un trail s’organise en quatre parties, à savoir : 

    • La reprise : pour les moins sportif·ve·s, pour celles et ceux qui n’ont pas fait de sport depuis quelque temps, vous avez déjà réveillé votre corps en douceur. Vous êtes lancé·e·s dans une dynamique sportive.
    • L’endurance : vous avez ensuite probablement augmenté l’intensité de vos entraînements au fur et à mesure. Cette étape fut aussi l’occasion pour vous de tester votre matériel, de découvrir la réaction de votre corps face à l’effort, de vous familiariser avec la marche.
    • La résistance : avec l’habitude et l’entraînement, vous avez réussi à pousser votre corps dans ses retranchements, afin de voir jusqu’où il peut aller, sans jamais vous blesser et en respectant les signes qu’il vous envoie, bien évidemment !

Et la 4ème, tout aussi importante : 

    • Le repos : avant l’événement, prenez le temps de bien vous reposer, de manger sainement. Ne faites pas de sport intensif les jours avant, gardez une attitude active mais sans vous fatiguer pour autant. Il ne s’agirait pas de vous blesser à quelques jours du départ ! 

Juste avant le Trailwalker Oxfam, adaptez votre alimentation sans pour autant bouleverser vos habitudes. Privilégiez les féculents et diminuez les crudités, les fruits frais, la viande pour avoir un estomac en forme le jour J. Buvez beaucoup d’eau et évitez les boissons alcoolisées.

Prendre soin de soi pendant un trail 

Tout au long du trail, vous serez concentré·e·s sur les 100 km, sur le parcours qui vous attend, sur votre pause au prochain Point de Contrôle. 

Mais gardez également ces quelques conseils en tête, écoutez et prenez soin de votre corps pour qu’il vous suive sur toute la durée. Gardez les habitudes prises lors des entraînements, n’innovez pas le jour-J, il n’est pas recommandé de tester de nouvelles choses et de tout chambouler.

Conseils alimentaires

Nutrition : Pour ne pas s’épuiser,  il est important de se ravitailler  régulièrement et de manger un peu à chaque pause même si vous n’en ressentez pas le besoin. Consommez des sucres lents (fruits secs, pain d’épice, etc.) et des aliments salés (crackers, fromage, fruits oléagineux, etc.). Évitez autant que possible des aliments gras à la digestion plus longue.

Lors d’activités physiques, les glucides (fruits, barres de céréale, etc.) sont également la première source énergétique. Prévoyez d’en manger de temps en temps. Ces repas seront distribués aux marcheur-se-s aux Points de Contrôle.

Hydratation : Buvez, buvez, buvez. La bonne gestion de votre hydratation est un facteur majeur pour arriver au bout des 100 km. Votre estomac peut absorber entre 750 mL et 1L de boisson en 1h. Cela ne sert à rien de boire davantage. Nous vous conseillons plutôt de boire de petites gorgées régulièrement, sans attendre de ressentir la soif. 

Vous pouvez également consommer des boissons énergétiques (à ne pas confondre avec les boissons énergisantes). Sachez que si l’eau vous hydrate, les boissons énergétiques contiennent également des glucides, des sels minéraux et des vitamines. Cela vous permet un apport supplémentaire.

Faites-vous plaisir en prenant un peu de soda de temps en temps, une consommation raisonnable permet un apport en sucre bénéfique.

Encore une fois, il est conseillé de suivre les habitudes que vous avez prises durant votre entraînement.

Photo by Julia Koblitz on Unsplash

Eviter les ampoules pendant un trail

L’équipement compte énormément dans le déroulé de la course. Et les pieds demandent une attention toute particulière. Les ampoules sont la première cause d’abandon. Il faut donc porter une attention toute particulière à la préparation des pieds et en prendre soin en amont. 

Faites le maximum pour bien préparer vos pieds en amont. La prévention est la clé ! 

    • Coupez-vous les ongles 2 semaines avant l’événement. Cela permettra à la peau nouvellement mise à nue de se durcir.
    • Si vous avez des pieds secs, hydratez-les quotidiennement avec une crème de type “Nok”.
    • Pour rendre la peau plus résistante, plus souple, et ainsi moins sujette aux ampoules, vous pouvez également masser vos pieds avec du jus de citron.  
    • Marchez avec des chaussures dans lesquelles vous êtes confortables et dont vous avez l’habitude. 
    • Prévoyez également un kit spécial ampoule dans votre trousse de premiers secours : 
      • coussinets ou pansements pour ampoules
      • gazes stériles emballées individuellement
      • petits ciseaux pour couper les pansements
      • ruban adhésif médical

Voici quelques conseils utiles pour le jour-J : 

    • Prévoyez de bonnes chaussettes de randonnée. Elles sont généralement plus respirantes et légèrement rembourrées au niveau des zones de frottement. Positionnez-les bien sur votre pied et évitez les plis. Prenez également plusieurs paires de rechange pour en changer régulièrement.
    • En fonction de vos pieds, s’ils sont secs ou humides, vous pouvez appliquer de la vaseline ou du talc afin de les soulager. C’est particulièrement agréable sur les zones de frottement.
    • Changez de chaussures. Sur les Points de Contrôle, laissez vos pieds s’aérer et portez des tongs ou autres chaussures légères. Vous pouvez également avoir des chaussures de rechange afin d’alterner les zones de frottement et au cas où vos pieds seraient mouillés. 

Le traitement des ampoules

Si la peau est bien présente sur la plaie, ne la retirez pas, elle servira de couche protectrice naturelle. En revanche, si elle est arrachée sur la majeure partie, retirez la partie restante afin de ne pas aggraver la blessure.

    1. Nettoyez votre ampoule avec de l’alcool dénaturé et laissez-la sécher naturellement
    2. Appliquez une crème antiseptique
    3. Couvrez l’ampoule avec de la gaze stérile ou un pansement
    4. Capitonnez-la zone avec un rembourrage protecteur

Limiter les irritations

Lorsque vous transpirez, cela laisse des résidus sur votre peau qui se transforment en cristaux de sels, et peuvent irriter des zones déjà sensibles.

N’hésitez pas à porter des affaires moulantes : les leggings de sport ou shorts cyclistes sont faits pour que vos cuisses ne se collent pas et ainsi éviter un frottement douloureux.

Nous vous recommandons également de porter des t-shirts adaptés (légers, qui sèchent vite, etc.) pour limiter les irritations. Les femmes, pensez à la brassière de sport, idéale pour la marche longue. Enfin, vous pouvez également toutes et tous bander vos tétons. Les frottements à ces endroits-là sont très douloureux. 

Si malgré tout une zone commence à vous irriter, n’hésitez pas à appliquer de la vaseline généreusement, afin de réduire la friction. 

Avec tous ces conseils, nous espérons que vous limiterez les petits bobos le jour-J et que vous profiterez pleinement de ces 100 km !

Pour bien vous préparer, n’hésitez pas à consulter également notre Guide d’entraînement et notre article sur le matériel à prévoir

Sensibiliser aux actions d’Oxfam France

Vous souhaitez en savoir plus sur Oxfam France ? Vous participez au Trailwalker Oxfam et vous voulez sensibiliser votre entourage à nos actions ? Voici quelques informations essentielles à propos de l’association, de son histoire et de ses combats.

L’histoire d’Oxfam en points clés

Que veut dire Oxfam ? Le nom « Oxfam » vient de « Oxford Committee for Famine Relief », il s’agit de la contraction des termes anglais OXford et FAMine.  

Comment est née Oxfam ? L’association a été créée en 1942 en Grande-Bretagne, dans un contexte de guerre mondiale. Alors que les puissances de l’Axe occupent presque toute l’Europe, la Grèce fait face à un blocage naval des forces alliées que refuse de lever W.Churchill, malgré la famine qui tue 2 000 personnes chaque jour. A Oxford, un petit groupe de personnes décide de former le « Oxford Committee for Famine Relief ». En multipliant les comités dans toute la Grande-Bretagne, mais également grâce aux soutiens obtenus jusqu’au Canada et aux Etats-Unis, ils font céder le gouvernement de Churchill. La mobilisation de ce pouvoir citoyen est aujourd’hui encore au cœur des actions d’Oxfam. 

Dans combien de pays agit Oxfam ? La confédération internationale Oxfam a été créée en 1995 par un groupe d’ONG indépendantes afin d’unir leurs efforts sur la scène internationale et de maximiser l’impact de leurs actions de lutte contre la pauvreté et les inégalités. Il y a aujourd’hui 19 organisations membres agissant dans 67 pays. 

Depuis quand existe Oxfam France ? En France, l’association Agir Ici, créée en 1988, aspire à agir durablement contre les inégalités mondiales et la pauvreté. C’est presque naturellement qu’Agir Ici rejoint en 2006 la Confédération et devient Oxfam France. Il s’agit d’une association de loi 1901, reconnue d’intérêt général, non partisane et non confessionnelle. 

Oxfam France est membre de la confédération Oxfam, une organisation internationale de développement qui mobilise le pouvoir citoyen contre la pauvreté.

Oxfam lutte contre les inégalités et la pauvreté au niveau local et mondial

Oxfam agit pour mettre fin aux injustices

Oxfam est un mouvement mondial de citoyen·ne·s qui lutte contre les inégalités pour mettre fin à la pauvreté et aux injustices. L’association travaille aux côtés des populations de toutes les régions, tant au niveau local que mondial, afin d’apporter un changement durable. 

La vision d’Oxfam est celle d’un monde juste où les économies sont centrées sur l’être humain et la planète. Un monde où les femmes et les filles sont à l’abri des violences et des discriminations, où la crise climatique est prise en compte grâce aux systèmes de gouvernances inclusifs qui permettent de demander des comptes aux personnes qui détiennent le pouvoir.

Oxfam s’engage pour un monde solidaire

En France, Oxfam soutient les actions humanitaires d’urgence et les projets de développement de la Confédération internationale Oxfam, en collaboration avec des partenaires locaux et des alliés dans le monde entier. 

Elle mène par ailleurs des campagnes de mobilisation citoyenne et de pression sur les responsables politiques et économiques en faveur d’un monde plus juste. 

Elle travaille sur des thématiques de campagnes et plaidoyer : 

      • En produisant une analyse sur les causes des inégalités et de la pauvreté
      • En développant des solutions de long-terme pour corriger ces situations et faire reculer, voire abolir la pauvreté
      • En défendant ces solutions auprès des responsables politiques et économiques, grâce à la force de la mobilisation citoyenne. 

Oxfam France mobilise les citoyen·ne·s par le biais de différentes actions :  

      • L’animation et le développement de groupes locaux composés de bénévoles, militant·e·s, qui agissent au quotidien pour porter les messages d’Oxfam France auprès du public et des responsables politiques et économiques.
      • L’animation de magasins solidaires  proposant des produits de seconde main. Ce sont de véritables lieux de rencontres, d’échanges et de consommation solidaire.
      • L’organisation des Trailwalker Oxfam France. Ces événements sportifs et solidaires mettent le sport au service de l’engagement citoyen.
      • La mobilisation et l’interpellation en ligne. Oxfam France développe une série d’actions en ligne, pour donner la possibilité au plus grand nombre d’agir par exemple par le biais de pétition, d’interpellations des député·e·s sur les réseaux sociaux etc. Le but est de renforcer le pouvoir citoyen en rapprochant les élu·e·s et leurs électeurs·rice·s.
Le rapport « Le virus des inégalités » révèle comment les milliardaires ont récupéré en un temps record de la crise alors que des centaines de millions de personnes basculent dans la pauvreté.

Les actions d’Oxfam

La Confédération Oxfam répond aux urgences humanitaires 

La Confédération Oxfam travaille de concert avec des partenaires locaux pour agir dans près de 67 pays et répondre à de nombreuses urgences humanitaires à travers le monde. Pour soutenir les populations directement impactées par la pauvreté, l’expertise de la confédération Oxfam permet notamment d’assurer l’accès à l’eau potable, le développement de systèmes d’assainissement, le soutien à l’agriculture paysanne et familiale et aux communautés de femmes.

Depuis le début de la pandémie du Covid-19, Oxfam s’est impliquée pour venir en aide aux populations. Le constat est sans appel : la moitié de la population n’a pas accès à des soins de santé, à l’eau potable, aux produits d’hygiène essentiels… Des éléments essentiels qui permettent de faire face à la maladie. 

La Confédération est ainsi intervenue pour installer des points de distribution d’eau, distribuer des savons et promouvoir des mesures d’hygiène. Au total, ce sont plus de 14 millions de personnes dans 68 pays qui ont été soutenues depuis mars 2020.

Oxfam France mobilise le pouvoir citoyen depuis plus de 30 ans

Le mouvement Oxfam repose sur une conviction : chacun·e, à sa façon, peut s’engager pour construire un monde plus juste, où la pauvreté ne serait plus qu’un mauvais souvenir. C’est l’addition de ces engagements qui permet de changements réels. Voici quelques exemples de mobilisation citoyenne en France : 

      • La lutte contre la vente d’armes au Yémen
        Oxfam France participe activement à de nombreuses actions aux côtés de la Confédération internationale. La lutte contre la vente d’armes au Yémen en est un exemple. Le mois de mars 2021 marquait la 6ème année de conflit au Yémen où chaque jour les droits humains sont bafoués.  En vendant des armes à l’Arabie Saoudite, a France fait partie des pays qui sont impliqués dans la catastrophe humanitaire qui a lieu au Yémen.  Oxfam aide les réfugié·e·s de ce conflit en leur apportant des vivres et de l’eau, tout en faisant pression sur le gouvernement français pour qu’il suspende son approvisionnement en armes tant que le pays continue à violer le droit international humanitaire en toute impunité.

      • La Taxe sur les Transactions Financières
        En 2011, Oxfam France a engagé une la campagne en faveur de l’adoption de la Taxe sur les Transactions Financières (TTF) surnommée la ite taxe « Robin des bois ». Elle est finalement mise en place en 2012. Depuis, elle a été élargi et a permis de collecter des sommes importantes. En 2017, 798 millions d’euros, issus de cette taxe, ont été alloués à la solidarité internationale.

      • L’Affaire du Siècle
        En 2019, 4 associations : Oxfam France, la Fondation pour la nature et l’homme, Greenpeace France et Notre affaire à tous assignent  l’État en justice pour inaction face au changement climatique et non-respect de ses obligations internationales, européennes et nationales en la matière. C’est le début de l’Affaire du Siècle. En effet, l’Etat français ne tient pas ses engagements face à celle-ci sur 3 points :
        – Baisse des émissions de CO2,
        – I
        nvestissement en faveur de l’efficacité énergétique
        – D
        éveloppement des énergies renouvelables.
        Les 4 ONG lancent une pétition signée par 2,3 millions de personnes et recueillent plus de 18 000 témoignages  qui illustrent les conséquences des changements climatiques déjà visibles en France.En février 2021, le tribunal administratif de Paris a reconnu le manque d’action et la faute de l’Etat. C’est une victoire historique pour le climat !
      • Inégalités femmes-hommes
        Oxfam s’engage à promouvoir les droits des femmes, améliorer leurs conditions de vie et faire entendre leur voix en travaillant avec les organisations féministes de nombreux pays. Pour limiter les reculs en matière de droits des femmes en France et dans le monde, Oxfam France défend la mise en place  d’un plan de relance féministe, plaçant la réduction des inégalités entre les femmes et les hommes au cœur des réponses politiques à la crise du Covid-19.
        Pour assurer l’égalité femmes-hommes, nous avons le pouvoir citoyen·ne·s !

Téléchargez la boîte à outils pour obtenir les affiches, signatures mails et vidéos à propos du Trailwalker Oxfam ainsi que de la documentation sur Oxfam France.

 Boîte à outils 2021